dimanche , 19 août 2018
Accueil » A la une » (VIDÉO): A LA DECOUVERTE DE L’ECOLE ELEMENTAIRE DE THIONGUE WOLOF FINANCEE PAR UN JEUNE MODOU MODOU DU NOM DE PAPE MOTH SARR : « Nous devons faire nos devoirs avant de réclamer nos droits »
(VIDÉO): A LA DECOUVERTE DE L’ECOLE ELEMENTAIRE DE  THIONGUE WOLOF FINANCEE  PAR UN JEUNE MODOU MODOU DU NOM DE PAPE MOTH SARR : « Nous devons faire nos devoirs avant de réclamer nos droits »

(VIDÉO): A LA DECOUVERTE DE L’ECOLE ELEMENTAIRE DE THIONGUE WOLOF FINANCEE PAR UN JEUNE MODOU MODOU DU NOM DE PAPE MOTH SARR : « Nous devons faire nos devoirs avant de réclamer nos droits »

Situé à 3Km de Yamong dans la commune de Saly Escale (département de Koungheul), Thiongue Wolof est un village encré dans la civilisation islamique. L’activité dominante c’est l’agriculture. Le village n’a jamais eu d’école publique. Pape Moth SARR, émigré en Espagne, est revenu dans son village natal pour y construire 2 salles de Classe, un bureau et une maison d’habitation pour les instituteurs.Alors, on peut dire sans se tromper que Pape SARR est l’enfant prodige de Thiongue Wolof pour avoir fait ce que beaucoup n’ont pas fait. Cette école accueille aussi les élèves de Thiongue Peul, Minal Ibra Dieng et Koumbidia Yamong. La demande en termes d’inscription était de 140 élèves mais finalement elle ne peut que recevoir 78 élèves dont les 70 sont des jeunes filles.

Koungheulinfos  s’y est rendu pour apporter des témoignages. De l’Imam Ratib Djiby SARR au directeur de l’Ecole M. BITEYE en passant par le fils du chef de village et son ami enfance Mansour SARR, tout Thiongue Wolof remercie Pape SARR qui n’a pas lésiné sur les moyens pour financer  la construction de l’école primaire Thiongue Wolof avec des toilettes pour garçons et pour  filles, et une maison pour enseignants qui a une salle de conférence, trois chambres à coucher dans le but uniquement d’apporter sa pierre à l’édifice.

Selon l’Imam du village et président des parents d’élèves Djiby SARR : «  je remercie Allah de nous avoir permis des enfants qui se soucient de l’éducation de leurs frères. Dieu nous recommande la connaissance et l’islam est une religion qui accorde d’importance au savoir et à la vertu. De la vie à la mort, l’homme doit beaucoup apprendre ». C’est par ces divines  paroles que l’Imam SARR a campé le décor pour exprimer sa joie de voir cet établissement public dans son village.

Il a remercié à sa juste valeur leur enfant prodige Pape SARR pour avoir fait tant de sacrifice pour la construction de ce joyau qui constitue un exemple d’engagement : «  Nous remercions notre fils Pape SARR  qui n’a ménagé aucun effort pour que cette école primaire soit construite à Thiongue Wolof. Pour  ma part, je dis que l’école française est essentielle pour la connaissance de nos enfants. C’est Pape SARR seul qui s’est investi, avec ses propres moyens, bien entendu à l’aide de nos prières, pour que ce lieu d’éducation voie le jour. Nous nous en réjouissons vivement » dixit l’Imam.

 Serigne Djiby SARR pense que l’Etat ne peut pas tout faire : «  on ne doit pas tout attendre de l’Etat ; il y a des choses que nous devons faire et l’Etat vient ensuite faire le reste. Le Prophète Mohamed(PSL)  nous recommande d’aimer son pays car cela fait partie des voies de la bénédiction. Ce que Pape a fait au village restera à jamais gravé dans la mémoire collective. C’est un beau geste à saluer »

Après les témoignages de l’Imam, Mansour SARR un ami d’enfance de Pape Moth SARR nous a parlé, après avoir remercié Koungheul Infos pour le travail qu’il fait et pour sa disponibilité. Mansour nous a dit que Pape c’est son ami d’enfance et il vit avec lui à l’Etranger mais ce qu’il a fait, il dit que lui-même ne peut pas le faire : «  Pape est mon ami de toujours, il est né en 1986 et moi en 1985, nous sommes ensemble en Espagne. Il a tout laissé pour venir construire cette école qui fait la joie de tout le village. Malgré les difficultés que nous rencontrons à l’Etranger, Pape s’est sacrifié pour que cette école puisse voir le jour. Je vous exhorte, vous Koungheul Infos de diffuser l’information et j’appelle les autorités locales et l’Etat de nous soutenir. Je demande aussi aux habitants du village de l’appuyer. Nous, nous n’avons pas fréquenté l’Ecole française, c’est ce qu’il a compris, raison pour laquelle il s’est beaucoup investi pour aider les enfants à aller à l’école »

Mansour SARR estime que des gens comme Pape doivent être soutenus et accompagnés. Il termine son témoignage en étalant une série de doléance : « nous n’avons ni courant ni forage, nous lançons un appel à l’Etat du Sénégal dans le cadre du PUDC, à la commune de Saly Escale et au Conseil départemental de Koungheul de nous venir en aide car nous sommes très fatigués et certaines femmes avortent parce que nous n’avons pas de case de santé censée les prendre en charge »

Le Directeur de l’Ecole M. BITEYE, en parlant au nom de l’IEF, a salué ce geste du jeune « Modou Modou » qui n’a pas hésité sur les moyens pour créer ce confort au niveau de l’école et il pense que beaucoup d’émigrés doivent suivre son exemple. Cette pensée est partagée par le fils du chef de village de Thiongue qui s’occupait des travaux de construction de cette école primaire qui est venue à son heure.

Enfin, toute chose ayant une cause parce que rien ne se fait sans rien, Pape Moth SARR nous a d’abord raconté une anecdote qui lui a permis de se sacrifier pour la réalisation de cet établissement public : «  Le 12 novembre 2010, lorsque je suis venu au village, je lisais un email, les enfants m’ont demandé comment je fais pour le lire. Je leur ai dit qu’il faut aller à l’école pour apprendre à lire et à écrire. Ces mômes m’ont dit qu’ils n’ont pas d’école. Lorsque je suis rentré en Espagne, je me suis dit que je vais épargner de l’argent pour permettre à mon village d’avoir une école. Quand les moyens financiers sont disponibles, je suis parti à Koungheul voir l’IEF Monsieur Arfang SECK, il m’a dit «  si tu construis les salles de classe, je vais y affecter des enseignants ». Je les ai faites, il a amené un instituteur du nom de M. BITEYE pour gérer une des classes qui contient 78 élèves pour 15 Table-bancs. Nous ne devons pas attendre l’Etat. Nous devons faire nos devoir avant de réclamer nos droits»

Pape SARR  Bayou Bayam  appelle l’Etat à aider les habitants du village Thiongue Wolof qui, malgré les difficiles conditions d’existence comme le manque de forage, d’électricité et de case de santé, ont bon espoir que le futur sera certain : « dans ce village de Thiongue, nous manquons de tout ; nous n’avons pas de forage, on utilise un marigot qui jonche le village pour puiser de l’eau et le puis du village qui n’a plus de sécurité. Nous n’avons pas de case de santé, raison pour laquelle beaucoup de femmes perdent leurs enfants par avortement ; il y a aussi le problème d’électricité que nous rencontrons. »

En définitive, Pape SARR a remercié les autorités locales, les chefs de services publics, l’IEF en particulier pour la collaboration qui a permis la réalisation de cette œuvre magistrale qu’est cette école élémentaire.

Un homme à la dimension de Pape SARR est une référence aussi bien pour les enfants que pour les sénégalais de la diaspora. Koungheul a Baye NDIAYE, Thiongue Wolof a son Pape SARR. 

 

Amadou Mactar SARR & Mbaye DIENG

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*