vendredi , 25 mai 2018
Accueil » A la une » Le Regard Hélène de Kocc : Ces femmes qui s’affichent nues sur les panneaux publicitaires.
Le Regard Hélène de Kocc : Ces femmes qui s’affichent nues sur les panneaux publicitaires.

Le Regard Hélène de Kocc : Ces femmes qui s’affichent nues sur les panneaux publicitaires.

Dans le présent numéro de votre chronique Le Regard hélène de Kocc, nous allons lorgner du côté des femmes qui se mettent au- devant des scènes. C’est une sorte de manipulation pour ne pas dire une mainmise  que certains hommes ou femmes exercent implicitement sur la gent féminine.

Ce sont ces femmes visibles à travers certaines émissions télévisées. Et qui en effet, n’y sont que pour embellir le plateau. Elles sont donc exposées devant les hommes comme ces êtres que l’homme utilise et qui selon Vigny, «chassent devant lui le jour pour avoir au coucher, les meilleurs possesseurs du bois et du rocher.»

Ce sont aussi ces dames qu’on entasse dans des bus ou tout simplement dans des cars dans le but de rallier des villes ou se tiennent des meetings politiques. On les fait paraitre le plus souvent en tenues d’apparat harmonisées qui leurs sont gratuitement remises sous forme de déguisements communément appelés hôtesses dans leur jargon.

On les mobilise pour la plupart du temps de villes en villes, leur distribuant parfois de modiques sommes d’argent dont le partage pose souvent d’énormes difficultés, allant jusqu’à susciter le désordre au sein même du groupe. C’est pourtant devenu un phénomène pour ne pas dire un fléau des temps modernes.

Tout le monde se jette donc dans l’arène politique, quelles que soient ses compétences. A quoi bon alors la fameuse loi sur la parité qui voudrait qu’à Compétences égales, les Responsabilités soient aussi égales ? Ne pensez-vous pas chers internautes que nos braves dames méritent un bien meilleur traitement?   

Ce sont aussi et surtout celles-là qui occupent le devant de certaines affiches publicitaires. Ici, elles sont surtout utilisées pour vendre certains produits dont je préfère taire les noms. Et vont jusqu’à dévoiler certaines parties de leurs corps. C’est sans doute ce qui avait poussé Adjouza à se demander «à qui la faute» si ce sont des photos de femmes qui sont exhibées sur les affiches publicitaires. Ce, non pas pour donner de la valeur aux articles, mais plutôt pour toucher la sensibilité des destinataires. La chanteuse dira ainsi «sunuy publicité ceur yi la niy wone…»

Ce sont également ces femmes qui sont dans certaines instances mais dont le rôle se limite à applaudir ou à approuver sans conviction les décisions qu’on y prend.

Martin Luther King disait ainsi en Anglais dans un contexte déterminé «Now is the time to make real the promises of democracy…» Chères internautes, chères compatriotes les temps ont certes changé. Et par conséquent, les contextes diffèrent. Cependant, dans un souci d’actualiser une telle opinion, on pourrait se permettre de dire ceci : «Now is the time to believe only on our abilities.»

Il est donc temps que l’on dise non comme nous le suggère Coumba Gawlo Seck «Bagn len bagn naa duma fam objet…» Non à cette place que certains veulent nous faire occuper pour satisfaire des intérets purement particuliers. Nous ravissant ainsi de la place de choix que nous nous offre le bon DIEU.  

Il est aussi temps que nous croyons en nous, en notre savoir-faire et que nous prenions  les rênes, juste parce que nous en avons l’aptitude et le mérite.

Activons-nous alors dans les différents secteurs de développement comme l’ont déjà fait bien des femmes et, fixons-nous des objectifs à atteindre dans un cours ou long terme. Ayons ensuite toujours de l’assurance et croyons ainsi à la réussite de nos projets et entreprises pour la bonne et simple raison que «Ce que Femme veut, Dieu le veut.»   

La Koungheuloise:

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*