lundi , 18 juin 2018
Accueil » A la une » PRAPS/ANTENNE KOUNGHEUL: Premier Atelier de mise à niveau des agents de terrain du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel à Koungheul
PRAPS/ANTENNE KOUNGHEUL:  Premier Atelier de mise à niveau des agents de terrain du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel  à Koungheul

PRAPS/ANTENNE KOUNGHEUL: Premier Atelier de mise à niveau des agents de terrain du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel à Koungheul

Le premier atelier de mise a niveau du dispositif  de démarrage du Projet d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS) a eu lieu ce  Mercredi 10 Aout 2016  au siège de PRAPS antenne Koungheul. C’est en effet la commune de Koungheul qui abrite l’antenne EST du PRAPS qui va couvrir la région de Kaffrine et Tambacouna, un projet qui va coûter globalement au Sénégal plus de 16 milliards de FCfa.

Le rendez-vous de Koungheul a réuni autour de l’administration territoriale des deux région ciblés par le PRAPS (Kaffrine et Tambacouna), les équipes PRAPS, le SREL de Tambacounda, le SREL de Kaffrine, le SDEL de Bakel,le SDEL de Koumpentoum, le SDEL de Koungheul le CPV des départements concernés, sans oublier la presse.

L’objectif général de l’atelier est, d’une part harmoniser la compréhension des objectifs, activités et démarche du PRAPS entre toutes les parties concernées et d’autre part, recueillir les besoins complémentaires en renforcement des capacités pour la mise en œuvre des activités prévues.

L’unité de Coordination de la zone Est du projet est dirigée par Dr Diarra Diakhaté. Elle couvre la région de Kaffrine, les départements de Bakel et Koumpentoum dans la région de Tambacounda.

Dr Diarra Diakhaté, chef d’antenne  de Koungheul a affirmé que leur conviction, c’est que l’élevage est non seulement un moyen pour booster le Plan Sénégal Émergent, mais c’est également un instrument performant de lutte contre la pauvreté.

« Pour tisser la toile de l’émergence pastorale, a-t-elle soutenu, le PRAPS va s’appuyer sur quatre leviers stratégiques : le renforcement de la santé animale, l’amélioration de la gestion des ressources naturelles, la facilitation de l’accès aux marchés et la contribution à la gestion des crises pastorales »

Elle ajoute que Le PRAPS est né de l’initiative du Groupe de la Banque mondiale de concrétiser la volonté exprimée à Nouakchott, le 29 octobre 2013, par les Gouvernements du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Sénégal de synchroniser les énergies et de mutualiser les efforts afin de réaliser « un effort ambitieux pour un pastoralisme sans frontières ».

Au terme de l’atelier les résultats suivant sont attendus :

Dans les zones couvertes, le PRAPS a prévu de réaliser, entre autres infrastructures, 20 unités pastorales, 300 km de couloirs de transhumance, 800 km de pare-feu, cinq cadres de concertation, 15 forages pastoraux équipés en relation avec l’OFOR, 5 forages réhabilités, 10 mares pastorales, 8 marchés à bétail équipés, 4 mini-laiteries, 7 centres de collectes de lait, 4 aires d’abattages, 300 km de piste de désenclavement.

A cela, a-t-il poursuivi, s’ajoutent la construction de 20  magasins de stockage et de boutiques pastorales de 50 tonnes, l’appui au renforcement de capacités des éleveurs, la construction de parcs à vaccination, l’achat d’un lyophilisateur pour aider l’Isra à mieux satisfaire la demande nationale en vaccins, l’appui à la lutte contre le vol de bétail, la construction et la réhabilitation de postes vétérinaires publics et privés, la réhabilitation des services régionaux et départements de l’élevage dans les zones ciblées par le projet, la formation ou le renforcement de capacité des agents de l’élevage, etc

 « Améliorer l’accès à des moyens et services de production essentiels et aux marchés pour les pasteurs et agro-pasteurs dans des zones transfrontalières sélectionnées et le long des axes de transhumance dans les six pays Sahéliens, et améliorer la capacité de ces pays à répondre à temps et de façon efficace en cas de crises pastorales ou d’urgences », sont les objectifs majeurs du PRAPS.

Rappelons que le PRAPS est mis en œuvre dans cinq régions dont huit départements relevant de trois zones agro-écologiques : Zone Sylvo Pastorale (ZSP) avec les régions de Saint Louis (Dagana, Podor), Matam (Matam et Kanel) et Louga (Linguère) ; Bassin arachidier avec la région de Kaffrine (Koungheul), Sénégal Oriental avec la région de Tambacounda (Bakel, Koumpentoum).

Amadou Mactar SARR

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*