dimanche , 19 août 2018
Accueil » Non classé » KËR DEMBA 7: Tournée folklorique du président à Koungheul
KËR DEMBA 7: Tournée folklorique du président à Koungheul

KËR DEMBA 7: Tournée folklorique du président à Koungheul

A KËR Demba, le sage débat de tout et n’épargne rien. Dans un foyer de sagesse, les mots ne manquent guère et les enseignements vont bon train. Un regard sur la société, la Politique……

Je ne condamne pas le président de la république pour avoir prétendu effectué une tournée qu’il dit être économique mais qui est loin de l’être dans la pratique eu égard au folklore l’accompagnant. Je condamne plutôt un peuple auquel j’appartiens et qui se comporte en bétail affamé manipulable sous l’effet de la faim.

Un peuple qui descend plus bas que terre en échangeant sa dignité contre quelques billets de banque incapables d’assurer le petit déjeuner d’une famille de trois personnes. Le peuple sénégalais passifs, paresseux et insoucieux est coupable, plus coupable que les usurpateurs bandits au col blanc qui président à sa destiné. Un peuple qui célèbre une tierce personne qui pourtant ne cesse de sucer son sang. Peuple du Sénégal, si vous n’êtes pas des moutons, arrêtez de vous comporter comme tel.

On vous surcharge dans des car « ndiaga ndiaye » ou des calèches comme des béliers à l’approche de la tabaski pour vous faire parcourir des dizaines et des centaines de kilomètres sous un soleil brûlant pour aller applaudir un président qui n’a aucune considération pour vous. Mon peuple, je vous appelle à la raison. Apprenez à vous respecter vous-même et spontanément on vous respectera.

Restez fidèle à la terre, ayez confiance en elle car elle reste votre collaboratrice la plus sûre, l’amie qui vous nourrit et nourrit vos familles sans rien vous demander de retour. Je vous le dis, croyez moi, notre président nous berne, il nous trompe. Il n’est mu que par des intérêts crypto-personnels, votre émergence ou par ricochet celle du Sénégal est le cadet de ses soucis. Lui même sait que les actes qu’ils posent ne mènent guère au développement.

Une visite économique qu’effectue un président de la république est un acte fort si tout se fait dans les règles de l’art. Cependant celle que vienne de faire monsieur notre président relève d’une campagne électorale pas déguisée mais apparente et visible même aux borgnes. Monsieur le Président, respectez au moins votre peuple, il ne mérite pas ça.

 Les peuples des pays émergents ne reçoivent pas leurs présidents de cette façon. J’ai écouté vos discours en 2012 après votre élection à la magistrature suprême, j’y ressentais une certaine détermination, même si elle était peut-être simulée. Où en êtes-vous avec la sobriété car cette visite que vous venez de terminer n’a rien de sobre. Je dénonce la fougue et le folklore qui accompagnent vos sorties tout en dénonçant vos leaders locaux qui ne cessent d’acheter la conscience des pauvres sénégalais lambdas des profondeurs.

Monsieur le Président, il nous faut construire ce pays mais comment construire un pays en fermant des écoles et envoyant du coup des milliers d’enfants innocents et plein d’avenir dans la rue. À l’école 5 de Koungheul des parents ont été convoqué pour être informé du renvoi de leurs enfants de l’école pour la seule raison qu’il manque d’enseignants.

 Monsieur le président, vos enfants, ceux de vos ministres et de vos DG étudient dans les écoles privées les plus prestigieuses. Ces enfants, les vôtres, sont-ils plus sénégalais ou mieux nés que ceux de nos pauvres parents victimes de votre système. Que dites-vous de l’équité et de la transparence? Pourtant ces parents, les nôtres ont rassemblé leurs voix pour vous portez à la tête de ce pays.

 Aujourd’hui leurs enfants sont laissés à eux-mêmes, rejetés par l’école qui pourtant était censé les accueillir et les rendre autonomes c’est à dire aptes à se prendre en charge et entreprendre le développement de leur pays par l’éducation. Monsieur, nous sommes très fâché, les sénégalais sont très fatigués.

 Vous n’avez pas encore répondu aux préoccupations les plus élémentaires des citoyens. Monsieur le Président, cette politique de la propagande et des « ndiaga ndiaye » ne fait qu’enfoncer le Sénégal dans les ténèbres les plus sombres.

Si vous voulez que les sénégalais de demain se rappellent de vous en souriant, il faudra changer de méthodes tout en revoyant votre entourage. Nous vous appelons au travail car ce pays est à reconstruire et la reconstruction et le gaspillage ne peuvent pas cheminer ensemble. Au travail, mon peuple! Restez dignes même dans la pauvreté.

DEMBA NDIMBELANE, le sage de la maison

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*