mardi , 22 mai 2018
Accueil » A la une » Dossier N° 0002 : « Nous avons beaucoup demandé mais nous n’avons jamais reçu ce que nous avons demandé » Par Mbaye DIENG!!

Dossier N° 0002 : « Nous avons beaucoup demandé mais nous n’avons jamais reçu ce que nous avons demandé » Par Mbaye DIENG!!

Nous avons beaucoup demandé mais nous n’avons rien reçu de ce que nous avons demandé.

Nous avons demandé des hôpitaux mais nous avons reçu des districts sanitaires non équipés et difficiles d’accès, des malades  démunis qui n’ont pas les moyens de se faire soigner et des femmes enceintes qui meurent en donnant la vie.

Nous avons demandé des écoles, des collèges et des lycées mais nous  avons reçu des élèves e qui étudient dans des abris provisoires, des enseignants en grève convoqués à la gendarmerie ou à la police, des syndicats corrompus qui ne suivent que leurs intérêts immédiats et des parents d’élèves qui  ne peuvent pas assurer l’éducation de leurs enfants parce que laissés à eux-mêmes.

Nous avons demandé des semences et de bons prix de vente pour écouler sur le marché ce que nous avons cultivé mais nous avons reçu des opérateurs économiques qui arnaquent et exploitent les paysans avec le mutisme de l’Etat et des prix faibles qui appauvrissent plus qu’ils n’enrichissent. Dieu nous a crée et ne nous exploite pas. Alors pourquoi  certains hommes exploitent-ils leurs semblables ?

Permettez-moi, chers internautes, de faire quelques digressions: la crise actuelle ne se produit pas dans des civilisations cloisonnées comme cela a pu arriver en des temps où ces entités pouvaient interagir tout ignorant certains facteurs. Dans le processus de mondialisation croissante que nous subissons, nous devons interpréter les faits selon une dynamique globale et structurelle.

Cependant, nous voyons que tout se déstructure, l’Etat est blessé par les coups que lui assènent, d’en bas, les régionalismes et, d’en haut, la structuration en blocs supranationaux et la mondialisation. Ainsi, les personnes, les codes culturels, les langues et les biens se mêlent en une fantastique Tour de Babel ; les entreprises centralisées connaissent une crise résultant de leur incapacité à devenir plus flexibles ; les idéologies ne peuvent apporter de réponses ni inspirer une action cohérente aux groupes humains ; l’ancienne solidarité disparait et le tissu social se dissout de plus en plus.

Nous avons demandé la sécurité mais nous avons reçu des forces de l’ordre violentes et brutales qui ne peuvent  rester une année sans tuer un citoyen innocent ou coupable, des vols en bétails orchestrés par des malfaiteurs sanguinaires, des agressions, des viols et des meurtres sans sanction à la dimension de la faute. Pourquoi de jeunes gens s’en prennent à d’autres au point de leur ôter délibérément la vie ? La vie humaine est sacrée parce que l’homme est le représentant de Dieu sur terre. Quel que soit le motif, nul ne doit tuer son semblable.

Nous avons demandé des emplois pour notre honneur et notre dignité mais nous avons reçu des jeunes diplômés et qualifiés en difficulté à aider, des adultes chômeurs désemparés ou drogués et des prostituées. Il ya quelques temps, il suffit d’être jeunes socialistes pour travailler dans la fonction publique ; dés l’an 2000 il faut être libéral pour avoir un emploi décent ; aujourd’hui il faut être marron et beige pour avoir une activité professionnelle juteuse.

C’est triste de le dire : le clanisme et les compromis sont bien une tradition de chez nous.

Nous avons demandé la justice mais nous avons reçu  des magistrats qui écoutent l’exécutif, de citoyennes  victimes d’injustice qui ne savent plus à quel saint se vouer, des avocats qui ne défendent que le diable et des voleurs, des faussaires, des assassins mis en liberté provisoire qui se la coulent douce au Café de Rome ou à Radisson.

Nous avons demandé la décentralisation mais nous avons reçu des campagnes dépeuplées et des zones urbaines qui ont grossi, entourées de banlieues peuplées de gens plongés dans la pauvreté. Nous avons constaté combien on a détruit la famille traditionnelle et délaissé les personnes âgées.

Si les chiffres de l’Organisation des Nations Unies sont exacts, en 1950 la moitié de la population mondiale vivait à la campagne et l’autre moitié en villes ou dans les hameaux ; selon la tendance qu’indiquent les statistiques il semble que dés l’an 2000 plus de 90% des travailleurs de la planète vivent dans les villes. Cela aura, tôt ou tard, des conséquences explosives à tout point de vue.                 

Nous avons demandé le bon mais nous avons reçu le mauvais ; ce qui est bon c’est tout ce qui améliore la vie, ce qui est mauvais c’est tout ce qui s’y oppose. Ce qui est bon c’est tout ce qui unit un peuple, ce qui est mauvais c’est ce qui le désunit. Ce qui est bon c’est de donner aux peuples foi en eux-mêmes, ce qui est mauvais c’est le fanatisme qui s’oppose.

En définitive, nous avons beaucoup demandé, nous n’avons  rien reçu  de ce que nous avons demandé mais nous  avons reçu ce dont nous avons besoin pour persévérer et aller de l’avant.

Paix-Force et Joie à tous !!!

 Mbaye DIENG dit GREC, Koungheulinfos

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*