mardi , 22 mai 2018
Accueil » Accueil » Cour pénale internationale: Le retrait ou la fuite de la CPI pour certains chefs d’États africains.

Cour pénale internationale: Le retrait ou la fuite de la CPI pour certains chefs d’États africains.

La   Cour   pénale   internationale    a    été   créée en 1998 en Italie à Rome.  C’est    une  juridiction    permanente    habilitée   à   juger    les   auteurs   des   crimes   internationaux   les  plus  graves   , comme  les  génocides  , les  crimes    contre    l’humanité    et   les  crimes   de  guerre .

  Certains  pays  africains pensent  que  la  Cour Pénale Internationale  est  une  juridiction   qui ne juge  que  les  Africains  et   c’est ainsi   que  l’Afrique   du Sud, le Burundi et la Gambie ont annoncé leur volonté de quitter la Cour Pénale Internationale  qui depuis sa  création   ne poursuit  que les africains , alors qu’il y a des crimes  de guerres   commis à travers  le monde.

La CPI ou  l’enfer   chez  les  Africains a pour   mission  de  juger  les  individus  y  compris  des  chefs  d’Etat   ayant   commis   un  génocide  ,  des  crimes   de  guerre  ou  des  crimes  contre  l’humanité ; cependant  cela  devient  une  réalité  pour  les  africains ,  je  suis  certes  Africain  et  avec  fierté  mais certains chefs  d’états  africains méritent  d’être  entendus et  jugés du  simple  fait  qu’ils  exercent   chez  eux  la  dictature pour  toujours en  détenant  un  pouvoir de  Tyran , bafouent  ainsi  les  droits  de l’homme .

Peuple réprimé , torturé , menacé  et  tué , cela  ne  vous  donne  pas  raison  de  quitter  la  CPI. Dicta  déguisée  en  Afrique  , c’est  le  cas de  le  dire    pour  certains  chefs  d’États Africains   qui  sont  au  pouvoir    depuis   plus  d’une  décennie et  qui  veulent  y  mourir.

Ils sont nombreux ceux qui y sont   morts et   ceux qui s’y   accrochent. Et  ils  font   tout pour  que  leurs  fils  assurent  la  continuité .Les  dernières évolutions  de  l’actualité  africaine  font  trembler  bien  des  dirigeants  africains. Les  peuples  africains  ne  supportent   plus  la  confiscation   du  pouvoir   par  les  dirigeants  et  A DIEU la  démocratie  Gambienne .

 

Abdoulaye  DIOUM 

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*