jeudi , 18 octobre 2018
Accueil » A la une » CHRONIQUE DE GREC : Une démocratie en crise
CHRONIQUE DE GREC : Une démocratie en crise

CHRONIQUE DE GREC : Une démocratie en crise

Il y’a quelques temps, on m’a demandé : « Pourquoi tu n’expliques pas ce que tu penses ? » Alors je l’ai expliqué. Ensuite, d’autres m’ont dit : «  tu n’as pas le droit d’expliquer ce que  tu penses ; » alors je me suis tu.                                                                                           

 Quelques années se sont écoulées et on me demande à nouveau : « Pourquoi tu n’expliques pas ce que tu penses ? » je le ferai donc à nouveau, sachant d’avance qu’on dira une fois de plus ! « Tu n’as pas le droit d’expliquer ce que tu penses ».Rien de nouveau n’a été dit à l’époque, rien de nouveau ne sera dit à l’avenir.

Eh bien, que disions- nous alors ? Nous disions : « Traite les autres comme tu veux qu’ils te traitent. » aucune théorie, aucune excuse n’est au- dessus de cet acte libre et moral.

Le président de la république du Sénégal ne respecte pas ce principe par ce qu’il traite ses adversaires politiques comme des oiseaux sans ailes. Il ne respecte pas la constitution qui donne aux citoyens  le droit de manifester lorsque le besoin se fait sentir.

La manière dont le referendum du 20 mars 2016 a été organisée illustre bien ce que je veux dire. Dans une démocratie, il y’a la séparation des pouvoirs, la liberté d’expression et le débats d’idées.

Quelque chose de grand et de nouveau s’est aujourd’hui produit dans le monde. Va vers tes parents, ton conjoint, tes compagnons, tes amis et tes ennemis et dis- leur à cœur ouvert que la démocratie sénégalaise est en train de mourir de sabelle mort à cause d’un régime dictatorial.

Le pouvoir en place autorise aux membres de la coalition Benno Bokk Yakar de manifester et interdit à l’apposition de marcher. Des l’instant que le droit de manifester est inscrit dans notre charte fondamentale qui ‘est la constitution, l’opposition n’à point besoin d’autorisation pour manifester.

Pourtant le 23 juin 2011, les deux premières personnalités du pays à savoir le président de la république M. Macky SALL et le président de l’assemblée nationale M Moustapha NIASS ont manifesté avec l’opposition devant les grilles de l’Assemblée Nationale pour dire non au quart- bloquant et au dauphinat que Me Abdoulaye WADE voulait instaurer. C’est aberrent  voire absurde !!!!

Depuis 2012, le pouvoir en place utilise  la ruse et la manipulation pour interdire les manifestations politiques de l’opposition. SENGHOR est le père de la nation sénégalaise, Abdou DIOUF est le père de l’Etat du Sénégal pour avoir crée des institutions fortes et respectées, Abdoulaye WADE est le père de la démocratie sénégalaise pour avoir permis aux sénégalaise d’exprimer ce qui de leur intérieur les interpelle grâce à la multiplication des médias et à la liberté d’expression. Monsieur le Président «  nguir yalla », ne faites pas moins que vos prédécesseurs.

Paix, force et joie pour tous !

 GREC  koungheulinfos

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*