mercredi , 21 novembre 2018
Accueil » A la une » BACCALAURÉAT 2017 : le corrigé des épreuves de philosophie par Mbaye DIENG dit Gréc
BACCALAURÉAT 2017 : le corrigé des épreuves de philosophie par Mbaye DIENG dit Gréc

BACCALAURÉAT 2017 : le corrigé des épreuves de philosophie par Mbaye DIENG dit Gréc

BACCALAURÉAT 2017 : le corrigé des épreuves de philosophie par Mbaye DIENG dit Gréc

Les candidats au Baccalauréat 2017 ont anticipé les épreuves de Philosophie ce Mercredi 7 juin. Trois sujet au choix.

Le sujet 1 : la connaissance conduit-elle nécessairement à la liberté? Dans ce sujet, les candidats sont appelés à analyser le concept de liberté en deux sens: d’une part, en quoi la connaissance est la condition de possibilité de la liberté humaine. On sait déjà que l’homme libre se gouverne par sa raison. Connaissance et liberté sont, ainsi, liées par la force des choses.
D’autre part, il appartient aux candidats de montrer aussi que la connaissance, à elle seule, ne suffit pas pour étre libre parce qu’il ya d’autres conditions qui sous-tendent nécessairement la liberté.
Le sujet 2:
Lorsque le philosophe se contente d’analyser les traditions de sa société, il refuse de faire face aux défis actuels du monde. Qu’en pensez-vous? Ce sujet invite les candidats à réfléchir sur l’universalité de la pensée philosophique et les rapports existants entre le philosophe et son milieu c’est-à-dire la société qui l’a vu naître et grandir, et peut-être même qui le verra mourir.

Les candidats sont autorisés à montrer que la philosophie est avant tout une réflexion critique qui porte son discours sur l’étre humaine. Le philosophe doit certes vivre en parfaite harmonie avec les valeurs de sa société mais son rôle également est de critiquer les anti-valeurs, les préjugés et les habitudes mentales qui nous empêche d’ avoir la vérité.

Le sujet 3:

Expliquez et discutez le texte suivant. De son vrai nom Emile CHARTIER, Alain est l’un des esprits les plus éclairés du monde moderne et contemporain. Le texte d’Alain soumis aux candidats porte sur la démocratie. Il s’agit d’expliquer d’abord, sans paraphraser l’auteur, que le propre de la démocratie n’est ni « l’égalité des droits et des charges » mais la souveraineté du peuple, le fait que les citoyens puissent controler d’une manière permanente et effice l’action gouvernementale.
Pour Alain, méme le » suffrage universel » ne fait pas la démocratie car le leader qui croit et exercera la tyrannie peut méme étre élu au suffrage universe. Δans un Etat, si les citoyens arrivent à contrôler les actions des dirigeants, ne cherchez pas loin, Alain pense que c’est cela la démocratie.
Cependant, sachant que » les philosophes ne sont d’accord que sur leurs désaccords », dans la discussion du texte, le candidat doit montrer que contrairement à l’auteur, certains estiment qu’il n’y a de démocratie que là oú il y a la séparation des pouvoirs et la liberté d’expression. Montesquieu disait: » dans un Etat démocratique, le pouvoir arréte le pouvoir ». En d’autres termes, chaque pouvoir doit etre autonome pour qu’il y ait democratie.

Le candidat est tout à fait libre de montrer selon lui qu’est ce qui fait un Etat de droit. Il peut même aller jusqu’à démontrer, s’il le peut, que la démocratie n’est qu’un idéal car elle n’a existé ni dans le temps ni dans l’espace mais il appartient aux hommes de la créer, de toute pièce en imagination, au nom de la paix et de la sécurité.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*