dimanche , 27 mai 2018
Accueil » A la une » AUDIO : DALAL GAAN reçoit Moustapha BEYE dit Kamal, un Comptable au service du départemental de Koungheul : « Nous devons marcher non pas pour contester mais pour que Koungheul ait un trésor public. »
AUDIO : DALAL GAAN reçoit  Moustapha BEYE dit Kamal, un  Comptable au service du départemental de Koungheul : « Nous devons marcher non pas pour contester mais pour que Koungheul ait un trésor public. »

AUDIO : DALAL GAAN reçoit Moustapha BEYE dit Kamal, un Comptable au service du départemental de Koungheul : « Nous devons marcher non pas pour contester mais pour que Koungheul ait un trésor public. »

Moustapha BEYE dit Kamal est le comptable du Conseil départemental de Koungheul. Jeune Koungheulois, arbitre et ancien trésorier de l’Amicale des Elèves et Etudiants de Koungheul(AMEEK), il connait les rouages du mouvement sportif et les difficultés rencontrées par la jeunesse. Dans cette exclusivité, il analyse les problèmes budgétaires, les subventions allouées aux différentes ASC de Koungheul, la lenteur des procédures administratives au trésor public de Kaffrine mais aussi il appelle les acteurs de la jeunesse et du sport au calme et au dialogue.

Bonjour M. Moustapha BEYE dit Kamal, Dalal Gaan vous reçoit aujourd’hui. Les subventions inscrites dans le budget 2016 font l’objet de beaucoup de bruits. Expliquez-nous ce qui se passe !

Merci Mactar, d’abord  je vous remercie  de votre disponibilité et du travail que vous faites ; je remercie le Président du Conseil départemental de Koungheul  le Ministre Assane DIOP et l’ensemble du personnel avec lequel nous travaillons depuis plus de deux ans.

Le Budget est une prévision, ce n’est pas quelque chose de figé et de définitif. Un projet de Budget est différent d’un Budget, nous faisons des projections mais nous ne pouvons pas tout garantir. Par exemple, le projet de Budget 2016 du Conseil départemental était estimé à 309 000 000 FCFA  mais au finish on a reçu 129 000 000 FCFA de fonds de dotation de l’Etat qui sont logés au trésor public de Kaffrine.

Il faut définir les priorités parce qu’en dehors du Sport, il y a l’Education, la Santé, la Culture… qui sont aussi des domaines sur lesquels nous investissons.

-Le mouvement Navétane, l’ASC Bambouck, le Conseil Communal de la Jeunesse et l’AMEEK réclament leurs subventions. Qu’est-ce qui les  bloque ?

Je voudrais d’abord préciser que la région de Kaffrine a un trésor public, conséquence il y a 37 Collectivités Locales qui sont gérées par un seul payeur. Ainsi, on note beaucoup de lenteur au niveau des procédures de décaissement budgétaire.

L’année dernière, le conseil départemental avait octroyé 3 000 000 FCFA aux mouvements sportifs de Koungheul ; cette manne financière n’était pas pour Koungheul Bambouck mais pour toutes les catégories de sport qui sont pratiquées. Cette année, nous avons pu donner 1 500 000 FCFA grâce aux lignes de crédits que nous avons contractées. Nous avons donné une enveloppe de 250 000 FCFA à l’ASC DIANKALAR pour leur participation aux phases nationales, à l’ASC GOMBEE 150 000 FCFA et l’ASC GARAB GUI 75 000 pour les phases régionales.  Il y a beaucoup de charges et les moyens financiers font défaut. C’est pourquoi, je profite de cette tribune pour appeler les dirigeants de l’ASC Bambouck à nous présenter des bilans annuels pour nous permettre nous faciliter le travail en tenant compte des disparités. Malgré cela, nous avons prévu une enveloppe pour appuyer davantage l’ASC Bambouck qui défend les couleurs de la ville.

J’avoue qu’en tant que Koungheulois, je connais les difficultés que rencontrent les jeunes parce que j’ai été trésorier de l’AMEEK. En ce sens, j’ai maintes fois réclamé des subventions comme tout étudiant car je pensais que l’argent était logé à la mairie mais lorsque j’ai pris fonction en qualité de comptable au Conseil départemental, je me suis rendu compte que la réalité est différente des spéculations qui vont, souvent, bon train. Les fonds de dotation passent par le trésor ; les mairies ne gèrent pas d’argent, il est au trésor public de Kaffrine. On y décaisse de l’argent avec des pièces justificatives.

Alors que dites-vous aux jeunes de Koungheul qui veulent manifester pour réclamer leurs subventions ?

Je les appelle au dialogue et à la concertation, ils doivent rencontrer les présidents de commission sportive pour discuter des voies et moyens qui permettent de trouver des solutions.

Je précise aussi qu’une subvention n’est pas une obligation, on peut la donner s’il y a suffisamment de moyens financiers qui peuvent la prendre en charge.  Une subvention est une aide allouée aux mouvements de jeunesse et de sport. Par contre, les charges sont souvent si lourdes qu’on rencontre des difficultés énormes pour réaliser certaine choses dans les domaines de l’Education, de la santé, de l’assainissement, du sport…

 Nous devons nous comprendre les uns les autres afin de trouver une issue heureuse à tous ces problèmes parce qu’avant tout nous sommes tous des enfants de cette ville qui nous a vus naitre et grandir.

C’est le lieu et le moment de le dire, le 1er Adjoint au Maire Jules MBOUP me dit toujours, si je pars à Kaffrine, de l’aider au trésor pour que les ASC de Koungheul aient leurs subventions. Nous devons éviter de placer les problèmes au cœur des préoccupations politiques, la politique politicienne constitue un obstacle pour un dialogue fluide entre les jeunes de Koungheul.

Pour terminer, pouvez-vous nous faire le bilan des réalisations du conseil départemental en ces deux dernières années ?

Ce que le Conseil départemental a fait les deux dernières années est visible et concret. Il a permis la construction des murs de clôture de certains établissements du département notamment à Lour Escale, à Koumbidia, à Missarah, des salles de classe à Ida Mouride et  Koungheul pour permettre aux élèves d’avoir la sécurité et des espaces d’épanouissement.

Nous avons aussi décaissé l’année dernière 3 000 000 FCFA pour des fournitures scolaires et cette année nous comptons dépenser le double à savoir 6 000 000 FCFA pour appuyer le monde éducatif qui constitue pour le conseil département une priorité.

Nous avons inscrit plus de 1 000 personnes pour l’assurance médicale en collaboration avec l’Unité Départementale d’Assurance Maladie(UDAM) et construit un terrain multifonctionnel au sein du Lycée de Koungheul.

Dans le Débat d’Orientation Budgétaire, nous avons prévu de construire des cases de santé dans les villages du département qui n’en ont pas pour faciliter l’accès aux soins, réfectionner le terrain de Basket de Koungheul pour la jeunesse sportive.

En définitive, avec le Plan Départemental de Développement(PDD) qui es un outil de pilotage, nous avons bon espoir que Koungheul peut émerger avec la participation inclusive de tous les koungheuloises et Koungheulois.

Entretien réalisés par Amadou Mactar SARR & Mbaye DIENG dit Grec

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*